TVR9 Point de vue sur la qualité de l’eau

Nous avions rendez-vous avec David Daigle lundi, 08 juillet 2019 afin de parler de la qualité de l’eau de la rivière Richelieu et de la préservation des berges

Alain Saladzius:Ingénieur en gestion des eaux et président du conseil d’administration de la Fondation Rivières

Martin Dubreuil: Trésorier à l’Association des Riverains et amis du Richelieu et vice-président de la coopérative Prévert.

Chronique Municipale:

Diane Lavoie:Mairesse de la Ville de Beloeil

Ginette Thibault:Mairesse de La Ville de Saint-Denis-sur-Richelieu

Conseil d’Administration à Saint-Antoine-sur-Richelieu

Nous étions à la base de loisir de Saint-Antoine-sur-Richelieu pour tenir notre CA du mois d’août.

Conseil d’Administration à Saint-Mathias-sur-Richelieu

Invités par la Mairesse Jocelyne G. Weswarte, notre réunion mensuelle avait pour but de rencontrer l’Agronome Mme Caroline Joan Boucher.

Celle-ci nous présente une plénière interactive sur son rôle et ses actions au sein du Groupe FBE.

Drainage de terre agricoles, pesticides, herbicides et érosion des sols sont au cœur de nos questions et des sujets traités au cours de cette présentation.

Inondations printanières 2019 Rivière Richelieu – Zone d’Intervention Spéciale ZIS2019

IMPORTANT | Inondations – concernant le projet de décret instituant une zone d’intervention spéciale pour les zones inondables, appelée aussi ZIS 2019.

Le gouvernement a adopté un projet de décret visant à déclarer une zone d’intervention spéciale (ZIS) afin de favoriser une meilleure gestion des zones inondables. Ce décret aura des impacts importants sur votre réalité de riverain et potentiellement la valeur de votre maison.

Une carte des zones d’intervention spéciale accompagne le décret du gouvernement. Les normes imposées changeront de manière importante et significative les façons de faire tant pour la construction, la rénovation que la reconstruction de votre maison et vos bâtiments accessoires.

Pour faire connaître vos doléances au sujet de cette carte vous pouvez adresser vos questions via courriel, a l’adresse suivante: zis2019@mamh.gouv.qc.ca

Les municipalités et les personnes concernées pourront formuler des commentaires sur la nouvelle version de la cartographie. Elles auront jusqu’au 19 août 2019 pour les acheminer.

Consultez la carte : https://www.cehq.gouv.qc.ca/zones…/carte-esri-czi/index.html

En savoir plus : https://www.mamh.gouv.qc.ca/ministere/inondations-printanieres-2019-zone-dintervention-speciale/

L’hotel de ville de Belœil est situé en Zone d’Intervention Spéciale

Lettre adressée au Premier Ministre par Équiterre concernant l’usage des néonicotinoïdes

Un demi-million de Canadiens et Canadiennes exigent l’interdiction immédiate au Canada des pesticides néonicotinoïdes tueurs d’abeilles.

Monsieur le Premier Ministre,

Puisque notre survie dépend des pollinisateurs, le 20 mai est désignée par les Nations Unies comme Journée mondiale des abeilles. À quelques heures de cette journée, nos organisations, appuyées par près d’un demi-million de Canadien-nes**, demandent au gouvernement canadien de suivre l’exemple européeen et de mettre un terme immédiatement à l’utilisation des insecticides néonicotinoïdes au Canada.

L’IMPORTANCE DES ABEILLES POUR NOTRE SURVIE

Les pollinisateurs contribuent à 35% de la production végétale mondiale, en faisant augmenter de 75 % la production des principales cultures alimentaires du monde. Un monde sans pollinisateurs équivaudrait à un monde sans diversité alimentaire avec des conséquences désastreuses sur l’équilibre de l’alimentation humaine. Il faudrait dire adieu aux pommes, aux fraises, aux tomates, au café, au chocolat, et bien plus… soit l’équivalent d’une bouchée sur trois dans nos assiettes!

LES NÉONICOTINOÏDES, UNE MENACE SÉRIEUSE POUR LES ABEILLES

Les néonicotinoïdes sont les insecticides les plus vendus dans le monde. Ils se sont d’abord fait connaître pour leur funeste mise en cause dans le déclin mondial des populations d’abeilles. Peu après, les scientifiquesindépendants leur ont découvert une vaste palette d’effets néfastes et concluent qu’ils représentent une menace sérieuse pour la biodiversité, les écosystèmes et la sécurité alimentaire sur la planète.

Le Canada a tardé et tarde toujours à agir. Il a publié des évaluations incomplètes sur ces insecticides et a multiplié les retards dans son processus de réévaluation déjà très lent et fragmenté.

LE CANADA MULTIPLIE LES DÉLAIS DANS LES ÉVALUATIONS ET LA GESTION DES RISQUES

Alors que la France interdit l’utilisation des néonicotinoïdes depuis septembre 2018 et que l’Europe a emboîté le pas depuis décembre 2018, le Canada a pris 7 ans pour annoncer ses décisions finales de réévaluation des risques de trois principaux néonicotinoïdes (imadaclorpide, thiaméthomaxe et clothianidine) pour les pollinisateurs.

L’évaluation de l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) de Santé Canada minimise l’impact des semences enrobées qui représentent pourtant l’utilisation la plus répandue de néonicotinoïdes au Canada et qui sont une source majeure de contamination. Ses conclusions minimisantes vont à l’encontre des évaluations semblables de l’Union européenne qui confirment les risques pour les abeilles dans toute forme d’utilisation des néonicotinoïdes.

L’ARLA a conclu qu’avec certaines mesures d’atténuation des risques, le maintien de l’homologation des produits contenant ces néonicotinoïdes est acceptable. Toutefois, les mesures d’atténuation des risques proposées ne seront requises de figurer sur les produits seulement en 2021 au plus tôt, soit dans 2 ans.

Cette décision s’apparente à permettre immédiatement la vente d’un médicament causant des effets secondaires graves, mais d’attendre deux ans avant d’aviser les professionnels de la santé des contre-indications dans l’ordonnance de ce médicament.

En 2016, l’ARLA avait par ailleurs conclu qu’un néonicotinoïdes, l’imidaclopride, présente des risques inacceptables pour les organismes aquatiques, ce qui justifiait une interdiction complète de son utilisation en agriculture sur une période de 3 à 5 ans à compter de la décision finale. Or, deux ans et demi après avoir terminé l’évaluation scientifique de cet insecticide, l’ARLA remet toujours sa décision finale à 2020. Même scénario pour deux autres insecticides largement utilisés au Canada : le clothianidine et du thiaméthoxame.

Il est pour le moins fort inquiétant que malgré le consensus scientifique international et les conclusions probantes de nos agences canadiennes, nous devions attendre jusqu’en 2023, voir même en 2025, pour mettre en oeuvre l’interdiction justifiée de ces pesticides dangereux au Canada.

LES CANADIEN-NES INQUIET-ES

Les citoyen-nes canadien-nes sont très préoccupés par les effets néfastes des néonicotinoïdes sur les écosystèmes : ils sont plus de 460 000 à avoir demandé à Santé Canada d’interdire les néonicotinoïdes depuis 2013. Comment le public peut-il avoir confiance en la capacité de l’ARLA de protéger notre santé, notre sécurité alimentaire et notre environnement en étant témoin des délais et de la faiblesse des restrictions proposées?

NOTRE DEMANDE

L’ARLA a conclu que les néonicotinoïdes posent des risques inacceptables pour l’environnement et que leur élimination graduelle s’impose. Nous vous exhortons d’exiger que la Ministre de la Santé interdise immédiatement les néonicotinoïdes.

Annie Bérubé
Directrice des relations gouvernementales d’Équiterre

** Depuis 2013, plus de 460 000 personnes au Canada ont pris part à des campagnes, signé des pétitions et adressé des lettres au gouvernement fédéral afin d’appuyer l’interdiction rapide des néonicotinoïdes. La Fédération des apiculteurs du Québec et l’Ontario Beekeepers’ Association militent également pour l’interdiction des néonicotinoïdes au Canada. Le chiffre 460 000 reflète le nombre de signatures uniques en provenance du Canada (une fois les doublons éliminés) reçues par les campagnes de lettres et de pétitions menées par les organisations suivantes :

Avaaz
Fondation David Suzuki 
Environmental Defence 
Équiterre 
Leadnow 
Nature Canada 
SumOfUS 
Wilderness Committee 
Fédération canadienne de la faune 
Les Amis de la Terre Canada Ontario Nature

Source de la lettre: http://equiterre.org/publication/lettre-au-premier-ministre-un-demi-million-de-citoyen-nes-inquiet-es-exigent-linterdicti

Lettre en Anglais: http://equiterre.org/sites/fichiers/lettre_au_pm_can_neonics_17_mai_2019.en_cm.pdf

Chant de vielles et bateaux-dragons sur la rivière Richelieu

Il s’est tenu à Saint-Antoine-sur-Richelieu un festival extraordinaire en fin de semaine du 27 au 30 juin. Il s’agissait du festival Chants de vielles dont c’était le 15e anniversaire.

Festival de musiques traditionnelles avec des participants venant d’horizons aussivariés que la France, l’Irlande, les Pays-Bas, l’Écosse, les États-Unis et bien sûr de plusieurs régions du Québec. Ce Festival se réalise grâce à l’implication de plus de 130 bénévoles et celle de nombreux citoyens qui offrent gracieusement le gîte aux musiciens et participants. L’événement profite en particulier du site majestueux qu’est la rivière Richelieu devant laquelle sont érigés les chapiteaux où s’exercent les musiciens.

De plus les organisateurs offrent aux visiteurs des excursions gratuites à la rame dans ces bateaux-dragons au son de la musique et au rythme des rameurs. La collaboration de la SQ avec ses équipements de surveillance permet enfin de réaliser une activité de quiétude sur la rivière, un peu à l’écart pour une fois des “outboarisés” habituels.

C’est donc une invitation à vous joindre à ce Festival hors pair dès l’an prochain fin-juin. Un rendez-vous incontournable!

Écrit par Pierre-Paul – ARAR

Guide de la sécurité nautique

Voici le guide de la sécurité nautique 2019 de Transport Canada
Il est remplis de conseils et règles à suivre pour les plaisanciers !

Une bonne lecture pour naviguez en toute sécurité !

Causeries Champlain 2019

Le président de l’Association, Michel Leduc, était présent pour parler de l’historique et de notre mandat associatif.

Voici les 5 axes de sa présentation: « L’eau c’est la vie »
L’eau, l’érosion des berges, la navigation responsable, la protection de la faune et de la flore et le caractère patrimoniale de notre rivière.

Le document PDF de sa présentation est disponible pour téléchargement.

Emploi d’été 2019 - 2 postes à combler

L’Association des Riverains et Amis du Richelieu renouvelle cette année ses 2 offres d’emplois d’agent. Nous avons 2 postes d’étudiants à combler pour cet été.

Titre de l’emploi # 1: Agent de recherche et d’évaluation

Titre de l’emploi #2: Agent de sensibilisation et d’information

Veuillez postulez via notre formulaire de contact

Pétition : Protection de l’eau de la rivière Richelieu

Afin d’amasser un maximum de signatures nous avons besoin de votre appui! Posez un geste et faites comme des centaines de citoyens engagés en signant la pétition déposée à l’Assemblée Nationale, par l’Association des Riverains et Amis du Richelieu: Protégez l’eau du Richelieu

Texte de la pétition

CONSIDÉRANT QUE 41 municipalités bordant la rivière Richelieu y puisent leur eau potable et que les usines de filtration ne suffisent plus à retirer toutes les matières polluantes;

CONSIDÉRANT QU’en 2017 plus de 3700 surverses ont été occasionnées par des infrastructures inadaptées aux nouveaux défis reliés au climat et au développement domiciliaire;

CONSIDÉRANT QUE, sur de nombreuses terres agricoles, on ne respecte pas le règlement des bandes riveraines permettant de filtrer les pesticides, herbicides, engrais, coliformes fécaux et bio-solides;

CONSIDÉRANT QUE le suivi de la qualité de l’eau de la rivière par le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques démontre de nombreux dépassements des substances polluantes et toxiques;

CONSIDÉRANT QUE la navigation de plaisance, en pleine croissance et très peu réglementée, accentue la pression sur les systèmes d’épuration en remettant en suspension les sédiments de fond, en lessivant les berges par les vagues et en ajoutant d’autres eaux grises;

Nous, soussignés, demandons au gouvernement du Québec d’élaborer un plan d’urgence visant à soutenir les municipalités dans leurs efforts pour diminuer les surverses et leurs rejets de matières polluantes dans la rivière Richelieu et ses affluents.

Nous lui demandons aussi de prendre les mesures nécessaires pour aider les producteurs agricoles à respecter le règlement sur les bandes riveraines.

Enfin, nous lui demandons de faciliter l’élaboration d’une réglementation visant à y développer une navigation responsable et respectueuse de l’environnement.

Date limite pour signer : 3 juin 2019